La transformation digitale, les chiffres pour aller plus loin

La transformation digitale, les chiffres pour aller plus loin
5 / 5 (7 votes)

QU’EST CE QUE LA TRANSFORMATION DIGITALE ?

La transformation digitale dîtes également transformation numérique, qu’est-ce que c’est ? Ce terme est difficile à définir exactement étant donné des nombreuses réalités qu’il prend en compte dans le monde des entreprises ou plus largement dans la société.

Selon Wikipédia, la transformation digitale désigne les changements associés à l’intégration de la technologie numérique dans tous les aspects de la société humaine. Cette définition met en avant la vision sociétale de l’expression. Mais de nos jours, on associe plus nettement la transformation digitale aux entreprises.

La définition de la transformation digitale provient du terme digitalisation, qui signifie la même chose mais dans un contexte plus large. La digitalisation a fait son apparition bien avant dans la mesure où on le lie beaucoup plus facilement au concept de numérisation.

Quelle est la définition de la digitalisation ? Elle désigne les changements liés à l’intégration de la technologie digitale dans la société humaine et se base sur plusieurs grands piliers : la mobilité, le temps réel, l’internet des objets, le big data et l’universalité d’internet.

A QUEL NIVEAU DE DIGITALISATION SE TROUVE VOTRE ENTREPRISE ?

Évaluer votre niveau de maturité vous amènera à vous poser les bonnes questions. Si vos équipes ne sont pas encore prêtes à se digitaliser, votre projet d’application mobile métier sera un véritable échec.

Pour cela, vous devez sonder à quel stade votre entreprise se situe dans sa transformation numérique. Ainsi, il sera peut-être nécessaire d’adapter la première version de votre application.

Il existe 4 profils d’entreprise avec des niveaux de maturité digitale différents.

  • Les “Beginners” (Les “Initiées”)
    • Le profil le plus courant chez les entreprises
    • Les équipes de direction et de management sont réticentes par rapport au retour sur investissement et à la valeur d’une mutation digitale
    • Expérimentations numériques, mais sans vision de cohérence globale par rapport au fonctionnement global de l’entreprise et de son marché
    • Immaturité face à la digitalisation
  • Les “Fashionistas” (Les “Opportunistes”)
    • Nombreuses solutions digitales, mais segmentées, de façon verticale sans penser au process de production et de vente globale
    • Pas de plan défini avec une cible bien précise à atteindre
    • Organisation globale en silos avec un niveau de coordination transversale faible
    • Culture digitale présente mais avec un niveau de diffusion qui n’est pas homogène
  • Les “Conservators” (Les “Conservatrices”)
    • Vision cible et globale existante mais non mise en place
    • Digitalisation de l’entreprise peu développée
    • Les grandes fonctions de base du digital maîtrisées, mais une gestion en silos réduit son efficacité
  • Les “Digirati” (Les “Éduquées”)
    • Les plus avancées dans leur digitalisation
    • Plan stratégique mis en place avec une vision cible bien définie
    • Gouvernance du digital centralisée et transversale à l’entreprise,
    • Coordination des ressources et des moyens
    • Nombreux projets existants dans le domaine avec une mesure de l’efficacité et la capacité à générer un ROI quantifiable
    • Forte culture du digital, un des moteurs de croissance de leurs activités

Si vous en êtes qu’au commencement, avec un profil proche des entreprises “Beginners”, il est important de réfléchir aux différents impacts de votre application sur vos process métiers, sur vos organisations, sur vos équipes, sur vos clients, etc.

  • Impact technique ? Obtenir des équipes autonomes et formées à l’outil utilisé par exemple
  • Impact économique ? les embauches à prévoir pour le support
  • Impact social ? le relationnel avec vos clients, vos collaborateurs, vos fournisseurs, …
  • Impact financier ? quels coûts supplémentaires ce projet va engendrer (exemple : le coût des formations délivrées à votre équipe en interne, la mise à disposition de tablettes aux équipes sur le terrain, etc.)
  • Impact organisationnel ? intégrer dans vos plannings des réunions et des revues hebdomadaires…

Source: MIT Sloan Management Review/Cap Gemini

QUELQUES CHIFFRES POUR ALLER PLUS LOIN

Les résultats présentés dans ce rapport sont issus d’une enquête menée par CXP Group en janvier et février 2017 auprès d’entreprises dans tous les secteurs d’activité. Après qualification, les réponses de 153 répondants ont été validées. L’infographie expliquant l’ensemble des données se trouve à la fin de l’article.

La transformation numérique a un fort impact sur les processus opérationnels des entreprises et des organismes publics et cet impact va s’amplifier dans un avenir proche.

Ainsi, 65% des répondants considèrent aujourd’hui que l’impact sur les processus opérationnels est important ou majeur et 85% considèrent qu’il sera important ou majeur dans les 12 mois à venir. Les processus sont au cœur de l’activité de l’entreprise, qu’il s’agisse de processus spécifiques au métier ou de processus support.

Par conséquent, les processus sont fortement touchés par la transformation numérique. Les entreprises prennent conscience de leur importance comme levier de cette transformation.  

Des équipements faibles pour des enjeux importants

Étonnamment le faible niveau d’équipement avec des outils dédiés à l’amélioration des processus contraste avec l’importance des enjeux affirmée par l’ensemble des répondants.

Ainsi la majorité des entreprises utilise aujourd’hui encore le duo Excel + emails pour gérer ses processus. De ce fait, le suivi et le pilotage doivent être effectués manuellement et rien ne peut garantir alors la traçabilité et la fiabilité des opérations.

Aujourd’hui seule une minorité d’entreprises est équipée d’outils dédiés à l’amélioration des processus. En effet, 24% des répondants utilisent une solution de BPM pour orchestrer et piloter ses processus et 65% des répondants n’utilisent aucun outil spécifique pour l’amélioration des processus.

Une prise de conscience forte mais contrastée.

Toutes les entreprises ou presque (96%) ont entamé une démarche d’amélioration de leurs processus.

Les directions générales sont à l’initiative des démarches d’amélioration des processus dans une forte majorité des cas (63%), beaucoup plus importante que par le passé (40% en 2013 et 2015). Elles restent impliquées dans leur mise en œuvre. Il y a ainsi une prise de conscience au plus haut niveau des enjeux de l’amélioration des processus dans le cadre de la transformation numérique.

Cependant l’antériorité des démarches et l’expérience des entreprises en ce domaine sont très variables. Si les démarches d’amélioration des processus se sont enracinées dans une majorité d’entreprises (48% ayant entrepris cette démarche il y a plus de 2 ans), un petit quart des répondants reste novice en la matière (moins d’un an d’expérience). De plus, ces démarches ne sont outillées avec des solutions dédiées que chez une petite minorité des répondants. Cela montre une certaine immaturité digitale.

L’importance des DSI et le rôle croissant des directions métier

La DSI (Directeur des systèmes d’informations) garde un rôle prépondérant dans la mise en œuvre de la démarche d’amélioration des processus devant la direction générale et la direction qualité.

L’enquête révèle aussi que les directions métier jouent un rôle beaucoup plus important que par le passé dans la mise en œuvre de la démarche d’amélioration des processus. Ainsi dans 22% des cas, elles sont en charge de la démarche processus contre 6% seulement en 2015.

Le rôle des pilotes de processus en plein développement

Aujourd’hui, un tiers des entreprises désigne des pilotes ou des responsables de processus par domaine fonctionnel et seule une petite minorité (16%) affecte cette responsabilité à une échelle transverse. Mais le rôle des pilotes de processus va se développer, puisque 32% des répondants prévoient de désigner des pilotes de processus par domaine et 36% vont désigner des pilotes crossdomain.

Des freins qui ont la peau dure

Le principal frein identifié par les entreprises dans leur démarche d’amélioration des processus est bien le cloisonnement des organisations (47%).

Parmi les autres freins identifiés, le manque de compétences (43%) et d’accompagnement au changement (39%) constituent également des obstacles notables à l’amélioration des processus.

Autres études

Dans une autre étude, IDC a interrogé entre janvier et février, 240 sociétés françaises de plus de 200 salariés.

Pour 59% d’entre elles, qu’il s’agisse de PME de moins de 1000 salariés ou d’organisations plus importantes, la transformation digitale est une priorité depuis plus de deux ans. D’ailleurs, 62% d’entre elles ont déclaré avoir eu recours à des prestations de conseil allant dans ce sens au cours des 24 derniers mois.

Et, 42% des sondés ont affirmé que les initiatives prises par leurs sociétés ont déjà permis à ces dernières de créer de nouveau métiers, produits ou services. Enfin, 40% des répondants envisagent ou prévoient au moins un projet de transformation digitale dans leur domaine de responsabilité sous 24 mois.

Selon Big Data News, 20 à 30% des coûts d’exploitation des entreprises proviennent d’une mauvaise qualité des données. Il est vital pour les entreprises de maîtriser parfaitement ses données pour augmenter leurs opportunités de croissance d’affaire.

A SAVOIR

Aujourd’hui encore, de nombreuses entreprises n’ont pas effectué leur transformation numérique dans l’Hexagone.

Pour les aider, les collectivités territoriales et l’État mettent en place plusieurs dispositifs.

La région Île-de-France propose, par exemple, l’aide « TP’UP » dans le but de soutenir  le développement des très petites entreprises et les accompagner dans leurs stratégies de croissance et de modernisation.

Elle se caractérise par une subvention pouvant atteindre 55 000 euros pour financer un plan stratégique, concentré sur de l’investissement matériel et immatériel, du conseil stratégique et du développement international via la participation à des salons, se tenant en France ou à l’étranger.

En Nouvelle-Aquitaine, les sociétés se voient proposer un « Chèque de transformation numérique », aide financière permettant de cofinancer des prestations d’experts sur le développement d’un logiciel métier ou de solutions de gestion et relation client.

Du point de vue national, le gouvernement par le biais du secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi, a lancé le portail France Num en octobre dernier, permettant aux TPE et PME d’être accompagnées durant leur transformation numérique.

La plateforme propose un certain nombre de bonnes pratiques et de conseils, sous forme de fiches explicatives, pour aider à comprendre les différents concepts autour de la digitalisation. Un simulateur est mis en place pour que l’entrepreneur obtienne une recommandation, des contacts et une idée du montant de l’aide dont il peut avoir droit.

 

Conclusion

Certains se sentiront perdus dans ce flot d’informations, ne vous inquiétez pas, AxioCode peut vous aider dans votre démarche de transformation digitale.

Réservez votre entretien téléphonique gratuit

Si vous souhaitez un accompagnement personnalisé pour la digitalisation de votre entreprise, la création d’une application mobile ou de votre propre application métier sur-mesure, réservez votre diagnostic gratuit avec l’un de nos expert.

Réservez votre diagnostique gratuit avec un de nos expert AxioCode

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Ok